Gourcuff, le silence de trop?

Posted on 14 septembre 2010

1


Vendredi 10 septembre. Tola Vologe. Yoann Gourcuff répond aux questions de David Astorga. Le journaliste se lance. Le sujet brulant des relations entre Gourcuff et Ribéry est mis sur la table. Temps d’arrêt. Le joueur arrache son micro et quitte les lieux. Stupeur. Les dirigeants rhodaniens font pression pour conserver les images de la scène. Astorga contacte sa hiérarchie. Surprise. TF1 « déjuge » l’homme de pelouse de la chaîne. Changement. Le chevalier blanc Christian Jeanpierre entre en piste. Sa mission : ré interviewer Gourcuff sans aborder les questions qui fâchent. Dimanche 12 septembre. Téléfoot. Rires. Le sujet est diffusé. Lundi 13 septembre. Didier Roustan révèle l’histoire. Polémique.

 

Bon Yoann, c’est quoi le souci avec Franck?

 

Transféré de Bordeaux à Lyon le 23 aout dernier pour un montant avoisinant les 26 millions d’euros – bonus compris – Yoann Gourcuff pensait avoir définitivement tourné la page d’une coupe du monde ratée dans les grandes largeurs. Malgré le timide début de saison lyonnais, l’ex-bordelais s’est montré plutôt convaincant lors de ses premières apparitions sous son nouveau maillot. Et pour un type qui ne jure que par le terrain, il n’est pas de meilleur moyen d’oublier ses prestations médiocres que de prouver son talent sur le pré. Hélas, alors que la désolante tragi-comédie offerte par l’équipe de France en Afrique du Sud semblait avoir enfin trouvé son épilogue, le meneur de jeu s’est malgré lui replongé dans une histoire qu’il s’efforçait d’effacer et a par là même ternit l’image de « gendre idéal » que médias, sponsors et autres ménagères aiment lui coller.

David Astorga doit avoir mauvaise haleine. Après avoir été remis à sa place par Maradona himself et après avoir essuyé un doigt d’honneur de William Gallas, le journaliste de TF1 s’est fait remballer par Gourcuff, un joueur qu’on qualifie de bien élevé. Etre black à TF1 ne doit déjà pas être facile tous les jours, alors subir l’affront d‘un jeune millionnaire sans obtenir la moindre marque de soutien de sa rédaction… On conseille vivement à David de se placer sur la liste des journalistes transférables.

Aulas plus fort que Sarko

Une fois de plus J.M. Aulas est resté fidèle à lui-même, défendant ardemment les intérêts de son club. Le président lyonnais s’est même payé le luxe de choisir le journaliste chargé de l’interview de son poulain. Et qu’importe si les méthodes sont peu reluisantes, la fin justifie les moyens. Mais qu’est-ce qui justifie la fin ? Gourcuff est le joueur français le plus médiatique.  Sa belle gueule passe bien et fait vendre. Depuis qu’il a signé entre Rhône et Saône, la vente des maillots lyonnais a augmenté de 80 % pour les tuniques masculines et de 250% pour celles de la gent féminine. Ok les pourcentages ne veulent rien dire, mais une chose est sûre, les maillots lyonnais à l’effigie du breton vont s’écouler, surtout s’il réitère ses performances de 2009. Rien qu’à Bordeaux, ils ont continué à s’arracher jusqu’à la veille de son départ pour le club ennemi, malgré d’insistantes rumeurs de transfert. Pas étonnant donc que le business man lyonnais veuille préserver l’image d’un joueur à fort potentiel marketing. Gourcuff est un peu le Cristiano Ronaldo de la ligue 1, une sorte de poules aux œufs d’or, qu’il convient de choyer. Si Aulas est dans son rôle, qu’en est-il de TF1 ?  La première chaîne européenne en terme d’audience a clairement baissé son pantalon. A défaut de surprendre, cette attitude a de quoi intriguer. Comme le souligne Didier Roustan, c’est TF1 qui dispose du premier choix pour retransmettre les matches des clubs français en ligue des champions. Quand on sait que l’OM est le meilleur club en terme d’audience, la chaîne privée aurait très bien pu agiter la menace d’un boycott des matchs de Lyon. Mais en a-t-elle seulement eu envie ? Visiblement non et les raisons, s’il y en a, restent obscures.

Sois beau et tais toi !

Et Gourcuff dans tout ça ? Les commentaires affluent déjà sur la toile : « Yo a raison, les journaleu c des con » ; « Voilà un mec qui en a!.. ». Après tout, ce n’est pas le premier footballer à planter un journaliste à la première question qui fâche. Cette faculté à envoyer valser les médias a d’ailleurs forgé la légende de certains (Suivez la mouette). Mais ce geste de la part d’un mec habitué à gérer sa communication au mot près laisse perplexe. Au retour du mondial, l’ex-bordelais avait endossé l’habit de la victime et passait pour un souffre douleur. La rumeur disait qu’Evra, Gallas, Ribéry et Anelka lui distillaient des petites claques derrière la tête et le surnommaient « la Nouvelle Star ». A la différence de ses bourreaux, la belle gueule du foot français avait décliné toute proposition d’interview afin de ne pas avoir à évoquer l’ambiance délétère de Knysna et sa mise à l’écart au sein des 23. Cette stratégie du silence l’avait plutôt servi. Mais trois mois après, refuser de s’exprimer sur ses relations avec Ribéry et claquer la porte a tout de la parfaite erreur de com. L’empressement de son président – grand communicant lui aussi – pour étouffer la polémique est symptomatique d’un dérapage. N’aurait-il pas pu dire, comme le font bon nombre de ses collègues, qu’on n’est pas obligé d’être copains dans le vestiaire pour être bon sur le terrain ? Ou bien mentir comme son ennemi Francky et affirmer qu’il n’y avait aucun problème entre les deux hommes ? Son silence a le mérite de la franchise et accrédite encore un peu plus la thèse d’un profond malaise entre lui et ch’ti franck. Et ce n’est surement pas Laurent Blanc qui s’en frottera les mains.

Alors comment qualifier ce mutisme ? Caprice de star ? Ecart de conduite ? Et si Gourcuff s’était finalement plié aux codes de la tess, et à cette loi du silence, que les « caids » lui auraient inculqué à leur manière à l’arrière du bus ? On imagine sans peine la scène : « Compris la nouvelle star, tu fermes ta gueule, sinon… » Ou, soyons sérieux, ce coup de sang ne serait-il pas l’expression d’un ras-le-bol face à l’entêtement médiatique ? A vrai dire, hormis sur des questions technico-tactiques, Gourcuff ne s’est jamais vraiment épanché au micro. Parler foot, il sait faire: interrogé à la mi-temps de Montpellier-Bordeaux, le prodige avait dévoilé les carences du système de jeu mis en place par Tigana. Un éclairage tactique, exercice délicat s’il en est, qui n’avait pas vraiment intimidé le breton. Et pourtant dès que l’on déborde du rectangle vert, la nouvelle recrue lyonnaise préfère se taire et se murer dans un mutisme quasi puéril. Quitte à se confondre avec ceux qui l’auraient martyrisé et qui, comme chacun sait, n’ont que le football pour eux.

A l’heure actuelle, les dirigeants rhodaniens, si prompts à réagir sur les sujets qui touchent l’image de leur club,  n’ont fait aucune déclaration à propos de cette polémique. Yoann Gourcuff non plus.

Publicités
Posted in: Offside