La complainte du bordelais

Posted on 24 octobre 2010

2


L’occasion était belle. Trop, à l’évidence. Les Girondins avaient l’opportunité de réinvestir les sommets du foot français. Ils ont raté la marche. La faute à qui ? Au Stade Brestois 29, ce vulgaire promu. Les Bretons se sont tranquillement imposés en terre girondine (2-0). Un but d’entrée sur corner, puis un en fin de match pour sceller le score. Un exploit ? Pas vraiment. Les Brestois n’ont guère eu à s’employer, ni même à invoquer le dieu de la foudre. Ils ont profité des largesses adverses, et cela leur a sourit.  Invaincus depuis cinq matchs, les Marine et Blanc semblaient guéris, ou en voie de l’être. Inoffensifs en attaque, médiocres au milieu et suffisants derrière, les Girondins sont retombés dans leurs travers, et dans le ventre mou du championnat. L’enjeu de ce match était une place sur le podium. Ce sont les Brestois qui y poseront leur fesses. Et c’est amplement mérité.

Mercredi 21 octobre 2009. Stade Chaban Delmas. La madjer « aérienne » claquée par Ciani s’engouffre dans les filets adverses. Une heure et un stade en délire plus tard, les Bordelais avaient terrassé le grand Bayern Munich. C’était la Ligue des Champions, c’était le grand Bordeaux. Un an plus tard, même lieu, même heure, le même Ciani se fait griller par Nolan Roux. L’attaquant brestois transmet à Micola. Centre en retrait pour Lesoimier qui trompe Carasso. 10 minutes et un stade refroidi plus tard, le petit Brest triomphe à Chaban-Delmas . C’est la Ligue 1 et c’est un bien triste Bordeaux.  OK le trait est forcé mais le constat fait mal. Plus que cette défaite à domicile face à Brest, c’est la manière qui inquiète. Après tout, les hold-up sont monnaie courante. Depuis le début de saison, les Bordelais eux-mêmes sont plutôt doués en la matière. Et il n’y a aucune honte à se faire piéger par un promu. Le vrai problème, c’est que la victoire brestoise n’est pas volée. Oui, les Gigis ont dans l’ensemble dominé. Oui, ils ont caressé la balle plus souvent que les Bretons. Oui, ils se sont procurés des occasions. Mais non contents d’avoir les pieds carrés, ils ont laissé aux attaquants adverses de vastes boulevards. La moindre des choses pour une équipe qui peine à marquer des buts, c’est de ne pas en prendre. Mais même ça, les Girondins n’y arrivent plus.

Faillite collective

La solidité retrouvée depuis depuis quelques semaines s’est évaporée. Et la présence de Planus, sorti à la mi-temps, n’y a pas changé grand chose. Dur. Toute la défense a sombré, mêlant naïveté et pauvreté technique. Au milieu Fernando a fait le boulot. Mais il fut bien seul. Par leur transparence, les deux meneurs Plasil et Jussie ont mené l’équipe droit dans le mur breton. Servis la plupart du temps dos au but, les techniciens ne se sont jamais mis dans le sens de la marche. Wendel cherche son ombre, encore et toujours. Peut-être est-il temps pour lui de la chercher sur le banc. Modeste fait ce qu’il peut, forcément, et il ne peut pas grand chose. Et que dire de Ben khalfallah ? Des contrôles ratés à la pelle, des passes dans le vide, le Tunisien a tout raté. C’est simple, depuis sa première titularisation, le transfuge de Nungesser ne cesse de régresser. Et que penser de Maazou ? Et de son incompréhension flagrante du jeu ? Pour le SAV des recrues, prière de s’adresser à la cellule de recrutement – si elle n’a pas encore été dissoute.

Grandeur et Décadence

Alors on fait quoi ? On se tourne vers le banc. La Ligue 1 en est à sa dixième journée. Le chantier du jeu bordelais n’avance toujours pas. Et force est de constater que le coach girondin n’a pas imprimé sa marque sur l’animation de son équipe. A t-il au moins quelque chose à imprimer ?  On pourrait trouver des excuses dans les absences de Diarra et de Trémoulinas. Mais des blessés et des suspendus, il y en a dans tous les clubs et il y en aura tout au long de la saison. Tigana l’avait réaffirmé au début de saison : l’objectif des Girondins, c’est la qualif pour la C1. Ce n’est pas en jouant de la sorte qu’ils y parviendront. Bordeaux occupe pour l’instant la 9ème place du classement. La place que son jeu mérite.

Publicités
Posted in: Ligue 1